Skip to content Skip to footer

Lors d’un webinaire du 26 mars 2020 consacré à la culture design, Téma Benhalima-Bouville – Head of Strategy Regulation & Public Affairs chez ENGIE – propose de revenir sur la place du design au sein des entreprises. Suite à son intervention durant la conférence Change by Design, Dji-Ming Luk, Nadège Bide, Catherine Noble et Marine Câtel viennent questionner les différentes manières d’infuser les méthodes design dans toute l’entreprise. 

 

Proposer une nouvelle culture

Le design s’est enraciné chez ENGIE par les méthodes de bottom-up et de top-down. On retrouve maintenant le design différents niveaux : du design pour développer des plateformes et applications, du design en amont pour apporter la vision utilisateur et du design au service de l’organisation. Le design chez ENGIE est un outil utilisé pour répondre à des problèmes bien définis, que ce soit au niveau du siège ou des antennes de l’entreprise. 

Selon Téma Benhalima-Bouville, le design-thinking est la solution idéale pour innover et faire passer les messages à l’ensemble de l’entreprise. 

Comment faire pour mettre en place ces méthodes ? 

Faire preuve de résilience, voilà le conseil phare de Téma Benhalima-Bouville. La mise en place de nouvelles méthodes ne se fait pas sans obstacle : de nombreux collaborateurs ne comprendront pas l’intérêt de changer, alors que les précédentes méthodes pouvaient porter leurs fruits. Pour faciliter l’infusion du design au sein de l’entreprise, les participants sont revenus sur plusieurs leviers : l’adaptation, le développement de nouveaux outils et les rencontres.

ADAPTER SON DESIGN A L’ADN DE L’ENTREPRISE 

Bien qu’il existe des théories et de nombreux ouvrages sur le design, toutes les entreprises ne peuvent pas appliquer les mêmes stratégies. Il s’agit dès lors d’adapter les méthodes aux visions déjà existantes de l’entreprise : au lieu de réaliser un véritable « copier-coller » de la méthode design, il faut la greffer et lui laisser le temps d’être absorbée par l’ensemble de l’entreprise qui la personnalisera. 

Si l’entreprise rencontre des résistances, il est nécessaire selon Téma Benhalima-Bouville de surligner les points positifs apportés par le design dans les phases de concept et de suivi du produit. Elle propose aussi de s’attarder sur le fonctionnement du Lean Start-up, qui repose sur le « Validated learning », l’expérimentation scientifique et le design itératif. C’est par le biais du suivi et de l’observation que les firmes pourront reconnaître véritablement les effets du design, et comprendre l’importance du maintien du cap. 

Cependant pour pouvoir infuser cette nouvelle culture, il faut que chaque membre d’une entreprise soit conscient de celle-ci et puisse partager avec ses collègues sur ses ressentis. 

TROUVER DE NOUVEAUX OUTILS

Certaines grandes entreprises ont besoin de temps avant d’implanter une culture design dans leur fonctionnement. Pour le faire plus aisément, les équipes vont mettre en place des ateliers ou projets qui auront pour objectif de faire découvrir à tous le fonctionnement du design et rendre les équipes compétentes. 

Selon les intervenants, le design-thinking peut être partagé dans les entreprises par des tutoriels au niveau des écrans ou des affiches, qui vont instruire les employés de manière pédagogique, non violente et interactive aux nouvelles méthodes; ou encore par la mise en place de plusieurs piliers : un socle commun qui permettra à chacun d’utiliser le même vocabulaire et de le comprendre, une plateforme dédiée au design et aux enjeux de réflexion autour de ce sujet et enfin la création d’ateliers avec des designers externes et internes pour s’affirmer et partager son savoir. Certaines entreprises vont décider de devenir partenaires d’écoles de design ou de grands événements pour laisser libre court à l’expression des designers sur leurs méthodes de travail et projets. C’est en mettant en avant le design par de nouveaux outils que celui-ci peut gravir les échelons et être diffusé au sein des entreprises.

S’il semble falloir du temps avant que la culture design trouve sa place dans les entreprises, il est possible de l’infuser plus rapidement en poussant à la rencontre.

PROVOQUER LA RENCONTRE 

Il ne s’agit plus de tenter d’infuser le design par la théorie, Téma Benhalima-Bouville le rappelle : il faut se libérer des outils et laisser le personnel se questionner.

Pour rendre la culture design plus efficace au sein des entreprises, il faut laisser place au langage et à la rencontre. 

Comme l’illustre le designer Dji-Ming Luk, sa formation lui a montré l’importance du vocabulaire : il faut permettre à chacun de découvrir le rôle et la place des autres employés, pour comprendre comment mettre en place un travail d’équipe. 

En plus de connaitre son entourage, il s’agit d’impliquer des personnes intéressées par le design dans les équipes pour développer un véritable vécu et un cercle vertueux : Airliquide par exemple va inviter des personnes compétentes en design et leur proposer une immersion d’une à deux semaines dans les équipes pour créer une communauté et l’instruire. 

Chez Thales, il ne faut pas utiliser de « gros mots » : on propose directement des ateliers d’immersion, des visuels et posters, pour proposer de nouvelles façons d’être. L’objectif n’est pas d’effrayer les collaborateurs avec nombre de nouvelles notions mais de les amener à voir et comprendre par le biais d’interactions telles que le dessin ou les brainstorming.

L’ensemble des intervenants rappelle à quel point l’empathie permet aux projets d’être vus comme intéressants et constructifs, c’est alors en jouant sur ce point qu’on peut permettre à la culture design de s’infuser dans les entreprises.

Pour COnclure

Peu importe le temps qu’il faut pour infuser la culture design au sein des entreprises, il faut savoir tenir le cap en montrant que le schéma classique ne permet pas de mobiliser autant de personnels et d’idées, si on regarde les statistiques, la culture design permet aux entreprises de produire plus de produits et d’innover sur le marché. 

 

Maintenir un cadre d’empathie et de confiance, créer des espaces de discussions avec l’extérieur et l’ajustement des méthodes sont les meilleurs moyens de permettre au design de trouver sa place dans les entrep

 

Show CommentsClose Comments

Leave a comment